Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2013

Génétique de l'absurde

"On a dit que les Grecs n'avaient pas approfondis la mort. Mais qu'il y a-t-il à approfondir dans la mort, puisque nous n'en pouvons rien connaître ? Elle ne peut inspirer que de malsaines rêveries.

Hésiode : « tu ne laisseras pas s'asseoir sur la pierre des tombeaux un enfant de douze ans. Tu n'en ferais qu'un homme sans vigueur. »

 

51AxHiYOXpL._SL500_AA300_.jpg

 

Memento quia pulvis es. C'est tout juste le contraire. Une fois arrêtée notre attitude devant la mort, la seule conduite raisonnable est celle de n'y songer jamais. Ce sont les hommes qui ne sont pas capables de réfléchir sur la vie, qui réfléchissent sur la mort. Comme il n'y a pas en elle matière à réflexion, ils sont là à leur aise. Ce qui caractérise toutes les « pensées sur la mort », c'est qu'il n'y a jamais, dedans, de pensée."


Henry de Montherlant - Mors et vita